Homme seul : «Jouer versus jouet»!

«TTBM» Voyez en cet acronyme : «Très Très Bien Membré». Outre le florilège de termes qui composent le monde libertin, et que je tente de désacraliser dans mes chroniques...

1298 1

«TTBM» Voyez en cet acronyme : «Très Très Bien Membré». Outre le florilège de termes qui composent le monde libertin, et que je tente de désacraliser dans mes chroniques lexicales «Jeux de langues», certains m’indignent. Comment la taille d’un sexe pouvait être vue comme la seule porte d’entrée d’une relation humaine libertaire ?

«Black», est l’autre exemple de commotion de lecture. Comment la couleur d’un homme peut-être la seule caractéristique de recherches de jeux de partage ?

Epicurienne jusqu’aux ongles, il a fallu que je comprenne comment les hommes seuls, directement touchés par ces carcans, faisaient pour le vivre.

 

Je suis donc allée interviewer cinq hommes seuls :

 

  • BC – Backcafé, 48 ans, cadre et profession libérale, libertine depuis plus de 10 ans, en «couple» et en tant qu’«homme seul»,
  • MD – Mistydoginlove, 45 ans, artiste, libertine depuis plus de 10 ans, ancien «homme seul»,
  • DF – Différent59, 44 ans, cadre et profession libérale, libertine depuis plus de 10 ans,
  • HK – Hank, 39 ans, cadre et profession libérale, libertine depuis quelques années,
  • MO – Mister One More, 31 ans, employé. libertine depuis un peu moins de 10 ans.

 

 

Suivez-moi, ils se sont livrés pour que je puisse vous faire entendre leurs voix.

A l’aube de la journée de la femme, Sééna, la féministe, vient de faire le choix d’écrire un article pour montrer un autre regard sur la «queue à pattes», comprenez l’homme seul, réduit parfois juste à «HS».

 

Sééna – «Qu’est ce qu’un homme seul ?»

 

Surpris par ma démarche, ils n’en ont pas été moindrement prolixes :

 

MO – «Je ne me suis jamais considéré comme homme seul, juste comme libertin, amateur de bons moments en bonne compagnie. C’est le monde libertin qui m’a affublé de cette condition plus qu’autre chose

HK – «Selon les jours et mon humeur j’ai une vision différente. Je dirais que c’est être quelqu’un d’indépendant qui s’assume et qui ne se met pas en couple avec n’importe qui pour ne pas être seul»

MD – «  C’est un homme qui n’est pas dans une relation quelle qu’elle soit»

Dans ce «jeu éphémère de partage de plaisirs», « il faut accepter les règles du jeu sinon on ne joue pas »(BC).Les règles du jeu qui ne se définissent qu’entre les joueurs.

DF –«Il est difficile de mélanger la volonté, l’envie de pouvoir, le choix d’une vie des plaisirs répétés tout en souhaitant contrôler son image. »

 

Je ne me suis pas demandée comment vivre face à cette injonction paradoxale parce que c’est le propre de l’Homme de vouloir tout et son contraire. Et qu’en rentrant dans le milieu libertin, si vous n’avez pas envie de lâcher prise, un conseil, faites demi-tour.

 

Sééna – «Pourquoi pensez-vous que les couples et les femmes seules vous cataloguent-t-ils ?»

 

A cette question, c’est moi qui ai été surprise par les réponses. Elles m’ont portée vers des réflexions plus profondes que ce que j’avais imaginé.

N’inférez pas un instant de plus et délectez-vous de ces mots d’épicuriens :

DF – «Le manque de clarté de la part des femmes rend la place de l’homme seul compliqué. Que veulent-elles ? Un tout ? Entreprenant, soft, attentionné, lover ? A quel moment, le percevront-elles comme lourd ou insistant ? La culture sexuelle impacte nos réactions à tous. Une femme veut le pouvoir mais dans le domaine du sexe si elle le prend son image est altérée. Les hommes finissent par ne plus savoir comment réagir.»

 

MO – «Quoi qu’il en soit je pense qu’une tranche peu délicate des hommes seuls attirent l’attention et ils sont préjudiciables aux autres. Je sais tous les attributs que l’on nous prête, les fantasmes que nous pouvons susciter, mais tout cela m’a immédiatement révulsé car cela nie en grande partie l’affinité humaine qui est incontournable pour moi.» « En bref, je suis MOI avant d’être noir.»

 

En résumé, ils sont tous conscients de l’«image de marque HS». C’est avec la force de leur conviction en porte étendard qu’ils iront conquérir vos délectations avec réjouissance.

 

Sééna = «Pensez-vous aborder le milieu libertin en couple ?»

 

Je les ai interrogés sur le fait que cela soit juste un cap, un passage, un rite, une étape. Je leur ai demandé si cela pouvait éventuellement cacher une forme de peur de l’engagement. Si leur cœur ne manquait pas de sexe ou vice versa. Conclusion ? Affirmatif !

Certes, Ils viennent y trouver des sensations, de la mutualisation de plaisirs, des fantasmes, des envies, des rencontres humaines.

Pourtant, embarqués dans le méandre des plaisirs, aucun ne se focalise sur la pratique du libertinage pour fonder un couple mais se laisse attendre une personne qui partagera leur vie.

 

Sééna = «Que pourriez-vous donner comme conseils à ceux qui veulent se lancer dans l’aventure ?»

 

Je ne me suis jamais considérée comme un guide, mais plutôt comme un pourvoyeur de questionnement. Face aux stéréotypes exprimés, ils se défendent :

 

HK – «J’essaye autant que possible de ne pas m’arrêter à l’image qu’on me donne ou qu’on essaye de me donner. Ce milieu est quelque chose ou les choses vont très vite. On est « optionnel » dans la vie des gens. Je dirais : « Ne te comporte pas avec les autres comme tu n’aimerais pas qu’on se comporte avec toi » et « Sois patient »»

 

BC – «Les incompréhensions se lèvent grâce à la discussion.» « Allez-y doucement, de préférence accompagné par un partenaire expérimenté : écouter ses envies, se connaître et procéder par étape pour garder la maîtrise. Ne pas perdre de vue l’objectif de rechercher le plaisir; respecter un bon équilibre vie privé – vie libertine.»

 

Et donne leurs visions, forme d’ouverture de pensées :

 

DF – « Aider à comprendre ce que les femmes veulent. Aider à mieux connaître les femmes (leur corps, leurs fonctionnement, leurs attentes) Aider à répondre clairement aux désirs exprimés implicitement. Aider les hommes à «cérébraliser» »

MO – «J’ai réalisé à quel point mon cerveau était le premier et plus important de mes organes sexuels.»

DF – «Ne rien attendre d’une sortie, ce qui permet d’éviter d’éventuels frustrations. Vivre chaque expérience de manière unique et ne pas chercher à reproduire des schémas à tort. Le libertinage c’est un art, l’art de créer des moments de qualité.»

MO – « Avoir une affinité humaine avec mes compagnons de jeu. J’entends par affinités une communauté d’approche globale : le libertinage est juste une autre possibilité de rencontrer des personnes intéressantes, joueuses que l’on n’aurait pas côtoyées autrement. Le plus important réside en une chose: L’ECOUTE. L’écoute est le premier pas vers le second ingrédient incontournable: la confiance !»

MD – «Franc, direct, honnête, rester soi-même, communicant, respectueux des envies de chacun»

 

Les hommes que j’ai rencontrés semblent, tout simplement, touchés par l’hédonisme. Choix, plaisir, partage, communication, peu importe les locutions utilisées dans cet article, certains voient les plaisirs charnelles comme vous…

 

Bien écouter, c’est presque répondre – Marivaux
Sééna

In this article

Join the Conversation

1 comment

  1. Different Répondre

    une photo de la perception des hommes 🙂
    Joli travail et beau rendu 🙂
    Comme quoi le cerveau est toujours une partie importante dans tous les jeux 🙂
    Merci Sééna