« Une ombre sur moi » Acte 1 – Par Liv Pen

Cette nuit-là, Eve n’avait pas réussi à dormir. La chaleur de l’été était étouffante, aucun souffle d’air n’avait pu rafraîchir son appartement. Elle prit un café, une douche...

28 0

Cette nuit-là, Eve n’avait pas réussi à dormir. La chaleur de l’été était étouffante, aucun souffle d’air n’avait pu rafraîchir son appartement. Elle prit un café, une douche rapide et décida d’aller bouquiner dans le cimetière juste à côté de chez elle. Elle enfila un short, un débardeur et des sandales, prépara un cabas avec deux gros coussins, une bouteille d’eau et son livre. Pas de téléphone, elle voulait savourer sa lecture. Elle noua ses cheveux en un chignon informe et pris le chemin vers le cimetière. Elle était un peu honteuse de cette idée d’aller lire auprès des morts, mais elle avait déjà vu des joggers courir dans les allées du cimetière, alors finalement pourquoi n’irait-elle pas lire.

Elle se perdit dans les allées et finit par trouver l’endroit idéal, près d’une vieille pierre tombale, visiblement peu visitée vu son état, à l’ombre d’un grand chêne dont le tronc offrait le dossier parfait pour une lecture tranquille. Elle installa ses coussins, sortit son livre et commença à lire dans la fraîcheur tout relative de cet été caniculaire. 

Eve était une jeune femme solitaire malgré sa beauté naturelle. Elle était grande, élancée et finement musclée. Ses années de danse classique lui avaient offert la grâce et l’exigence de la perfection. Cependant elle s’ennuyait et préférait la solitude aux bavardages inutiles.

Épuisée de sa nuit sans sommeil, elle finit par s’assoupir et se laissa glisser du tronc de l’arbre pour s’allonger dans l’herbe.

• Qui êtes-vous !!!

Eve se réveilla d’un coup, surprise par cette question qui venait de rompre son sommeil. Combien de temps s’était écoulé ? Elle ouvrit les yeux et là, devant elle, se tenait un homme. Dans le contrejour elle ne put vraiment le voir. Encore hébétée de s’être fait prendre dans sa sieste au milieu du cimetière, elle répondit honteusement :

• Euh… Je… Je suis désolée… Je voulais juste profiter de la fraîcheur du matin pour lire et je me suis endormie…

Il resta planté devant elle, et après un silence qui lui sembla interminable, elle demanda :

• Et vous ? Qui êtes-vous ?
• Je suis une ombre sur vous, répondit-il d’une voix grave…

Sur ce, il tourna les talons et partit.

Une ombre sur moi ? Merde la honte, vraiment Eve tu as des idées à la con, se dit-elle. Elle remballa rapidement ses affaires et rentra chez elle. De toute façon il commençait déjà à faire chaud et, si cet homme ne l’avait pas réveillée, elle se serait pris un sacré coup de soleil. Merci Monsieur Ombre pensa-t-elle.

Sur le chemin du retour à son appartement, elle fit la liste des choses qu’elle avait à faire : une lessive, la vaisselle, le ménage… Un dimanche de rêve quoi. Elle appellerait ses parents qui lui poseraient tout un tas de questions sur son nouveau job. Nouveau job qui ne l’enchantait pas, comme tout le reste. Elle avait accepté cette nouvelle mission car selon son Directeur c’était une belle opportunité et il avait entièrement confiance en ses capacités à réussir, elle connaissait l’entreprise et ses produits, était déjà parfaitement intégrée à sa nouvelle équipe, était aimée et respectée par tous ses collègues, elle ne pouvait que réussir et s’épanouir selon lui. Elle, n’en était pas persuadée, mais comme elle s’ennuyait dans son travail, avait finalement accepté, et de surcroît elle allait être augmentée, et, même si elle n’était pas vénale, elle avait besoin d’argent.

Elle avait ôté son short en jean devenu trop chaud et vaqua à ses occupations dans la chaleur lourde de son appartement, en culotte et débardeur, tout en écoutant et chantant sur sa playlist Deezer.

Satisfaite du devoir accompli, elle se glissa dans un bain salvateur, rasa ses longues et fines jambes pour être prête pour demain. Demain commençait le nouveau job et elle devait aller à Paris pour une formation, elle prendrait le TGV, celui qui est toujours rempli d’hommes et femmes d’affaires, ne respectant pas le silence requis dans les wagons.

Au moment d’aller se coucher, espérant dormir un peu, elle repensa en souriant à son aventure du matin.

Je suis une ombre sur vous… Cela pouvait aussi bien faire peur que rire. Qui était donc cet homme ? Un membre de la famille du mort ? Un employé du cimetière ? Une ombre, c’était une ombre qui l’avait sauvée de la morsure du soleil.

Une ombre, grande et fine à la voix grave. Une ombre excitante finalement, une ombre qui avait surpris la vilaine Eve qui dormait près d’une tombe. Une ombre qui ce soir, dans la moiteur de sa chambre, réveillait les fantasmes d’Eve qui, se laissa aller à explorer la moiteur enivrante de son corps. Caressant l’ombre entre ses cuisses et laissant aller ses longs doigts en elle, Eve se laissa aller dans la jouissance et finalement dormit comme un bébé jusqu’au lendemain matin…

Liv Pen

In this article

Join the Conversation