Sééna, caressée par le latex de Paolo

Je… Je suis Sééna et je vous livre, ENCORE, un bout de moi… S : Bonjour Paolo, Je suis plus qu’heureuse de m’entretenir avec toi à cet instant précis....

1009 0

Je… Je suis Sééna et je vous livre, ENCORE, un bout de moi…

S : Bonjour Paolo,

Je suis plus qu’heureuse de m’entretenir avec toi à cet instant précis.

Voilà bientôt deux ans que nous nous sommes rencontrés dans un rite initiatique. Tu m’as fait découvrir le plaisir de la corde. Elles se sont faites glissantes, au plus près de mes chairs, jusqu’à la suspension. Soumise à plusieurs bouches, je n’ai pourtant pas su lâcher prise. Cependant, j’ai la réminiscence de longues discussions sur ton plaisir à donner sans jamais recevoir. Enfin… pas dans le sens du commun des mortels… Je crois qu’il en sera état dans notre futur échange, en tout cas, je le souhaite… Tu me l’accorderas… ?

Puis (présentons le contexte de notre rencontre, intégralement) je t’ai offert ma peau. Elle a le souvenir de quelques-uns des articles qui m’amènent à nous entrevoir ce jour.

Parle-moi de toi, s’il te plaît ? Raconte-moi le particularisme de ton positionnement dans le milieu « BDSM » (d’ailleurs si tu préfères un autre terme, signale le moi s’il te plaît), le plaisir que tu y trouves et pourquoi, aujourd’hui, tu produits avec autant d’amour des articles dans un milieu si encodé ?

P : Très chère. (J’y aurais presque entre aperçu une révérence)

Tout d’abord, je tiens à te dire que je suis touché par tes mots, notre rencontre date, en effet, d’il y a deux ans et je constate que ton âme a gardée intacte les souvenirs et les marques laissés par notre rencontre. Je me félicite de cette empreinte, elle est la preuve, s’il en fallait une, que les actes accomplis avec Amour s’inscrivent durablement et en bonne place.

Tu t’en doutes sûrement, j’ai du mal à parler de moi. J’estime que les actes et la sincérité des personnes sont bien plus importants que les personnes. Pour être plus précis,… laissons l’égo de côté et parlons du fond, c’est mieux je crois.

Toute action menée consciemment entre plusieurs personnes doit être motivée par l’Amour. Sans ce lien unique, quoi que l’on fasse, tout est dépourvu de sens et surtout de matière. Seule l’intention est marquante.

Je fais des ‘cordes’ ou du ‘shibari’ depuis plusieurs années. Je pratique aussi un peu le fouet. J’ai la chance de vivre d’un métier passionnant : le cuir, dans le milieu «BDSM». Voilà pour une brève présentation.

J’ai démarré cette activité pour mes propres besoins. En effet, je ne trouvais, sur le marché, que des articles en cuir dédies au BDSM de piètres qualité et chers, voire, tout simplement, des articles sans «âme».

C’est sur ce constat que j’ai démarré, avec ce concept : « Beau et Efficace ».

C’est important pour nous tous. L’objet ne doit pas uniquement faire le «job».

Comme j’aime à le dire, il doit aussi être beau. La beauté d’un article va toucher nos sens. Et, franchement, ceux sur qui nous les utilisons le valent bien !!!

Que serions-nous sans eux, des «Maîtres» de pacotille ?

L’ensemble de mes objets sont dédiés aux couples (ou à deux personnes qui se lient). Il est important que ces articles soient le prolongement réel des sentiments qui unissent deux personnes. Et, tu vois, même si nous ne sommes pas un couple, les moments que nous avons partagés étaient empreints de cette même ferveur. (aucune rougeur ne viendra poindre sur mes joues à ces mots et mes yeux seront restés attentifs aux mots)

En voyant les témoignages que les gens m’envoient spontanément, j’avoue, que je suis vraiment satisfait. Ils sentent la vibration de mes articles.

Alors voilà, si je dois répondre à ta question…qu’est ce que je fais dans ce milieu ?… Je participe au beau et à l’efficient de ce qui unit ces humains qui décident d’avoir des rapports différents de ceux que nous connaissons habituellement.

Se donner à l’autre, s’abandonner à l’autre et à l’inverse recevoir l’autre, recevoir ce Cadeau immense qu’est la confiance que l’on porte à son «Maître» (ou à celui qui va vous emmener sur Votre chemin), c’est des moments uniques dans une vie. (Maître et raison ? – aïe, je divague encore)

Alors je me pose, là, avec moi, aussi mon amour pour les belles choses, et je sers ces couples aventureux en les accompagnants, à ma manière, en réalisant de beaux objets. Sans jamais recevoir… En effet, ce que je reçois n’est pas factuel. Je crois recevoir énormément lorsque dans mon fouet, dans mes martinets, dans me cordes, ceux qui m’ont accordés leur confiance peuvent voyager sereinement et en toute sécurité, et revenir ensuite. Ce que je reçois est dans leur regard…

 (Mince, c’est à moi…)

S : As-tu des sensations particulières lors de la préhension de certaines matières (ex : crins, cuirs, cordes…) ?

P : Oui bien sûr. Je conserve intacte ces sensations. Je ne les détourne pas. Je laisse ces vibrations brutes. Elles ne m’appartiennent pas.

Toutes ces matières sont naturelles et «vivantes».

Le cuir se retrouvera peau contre peau.

Le crin caressera un dos sur lequel une autre chevelure est déjà tombée.

La corde, en chanvre, ou en jute, créera sur les corps ce lien unique d’attachement. Elle partira en y laissant son empreinte…

(Mode hypra curieuse activé)

S : Combien de temps mets tu en moyenne pour réaliser une commande (entre la charte graphique et la mise en vente du produit) ?

P : Un collier dont j’ai le parton se fera en 3 étapes : coupe, teinture, finition. Soit de 4 à 6 heures de travail.

Un martinet se fera en général en 6 heures.

Une parure, c’est-à-dire, collier, bracelets et chevilles, se fera en moyenne en 12 heures.

(Quand même… Quel travail! Un orfèvre en fait)

S : Peux-tu me donner des informations (origine des produits et impact écologique) sur les produits que tu utilises ? J’ai le souvenir de la Bretagne pour les cordes et j’ai lu que tu utilisais des teintures écologiques. C’est pour surfer sur la vague ou c’est une réelle vision produits.

P : Non, vu mon poids je surfe mal !!!

C’est juste normal, pourquoi faire compliquer quand on peut faire simple.

La France dispose de nombreuses tanneries. Donc, mon cuir est français. Cela me permet d’aller sur place choisir mes peaux. Mes teintures sans solvants viennent d’Angleterre. Hélas, il n’y a pas encore de fabricants en France. Mon fil de couture vient d’une des plus vielles maisons française fabricant de fil…C’est simple, non ?

Ma cire d’abeille pour les finitions vient du Lot. Là où je passe mes vacances ! Mon voisin est apiculteur ! Là aussi c’est simple !

Les cordes se fabriquent artisanalement, donc il suffit de passer commande à la source en Bretagne.

Tu vois c’est simple en fait. C’est sûr que, sur internet, je pourrais tout trouver et sûrement moins cher. Mais sincèrement, restons sérieux ! Si les artisans ne font pas travailler les artisans, où allons-nous ?

(Belle rhétorique! Il n’y a bien évidemment rien à ajouter, qu’en pensez-vous?)

S : Où «recrutes»-tu tes clients ? Avec quels types de clients es-tu à l’aise ? Comment fais-tu pour créer une ambiance qui permet la confidence pour recevoir la demande et donc y répondre ?

P : Au début, mes clients sont venus par le bouche à oreilles. Aujourd’hui, c’est toujours le cas mais, en plus, je communique sur Facebook et par le biais de mon site internet.

Je ne fais rien de particulier pour créer un lien de confiance. Je reste égal à moi-même. Mon site est à mon image.

Je crois que les gens ressentent qu’ils sont chez un artisan et non chez un commerçant-revendeur.C’est moi qui dessine mes modèles. Ceux qui me téléphonent en ont la confirmation car je n’hésite pas à les aiguiller sur des produits qui n’existent pas et que je réalise exclusivement pour eux avec ma «patte».

(Une enfant ne trépignerai pas plus intérieurement)

S :Tu sais que je suis curieuse alors, s’il te plaît, décris-moi l’objet que tu rêves de fabriquer et surtout pour qui ?

P : En général, j’ai la chance de toujours faire à peu près ce qu’il me plaît. De fait, je n’ai pas de frustrations donc pas de rêve d’objet absolu ou autre…

(C’est une réponse… J’aime les personnes assumées!)

S : Le site internet proposant tous tes produits et réalisations est tout ‘neuf’. Peux-tu me donner une vision sur tes objectifs à court terme et surtout tes rêves de demain ?

P : Oui, j’ai refondu mon site pour qu’il soit plus près de mes réalisations, de mon style et de mon intention. Mon ancien site se nommait «Cuir SM». Mon nouveau se nomme «Caresse de cuir». Je crois que le message est plus clair. Mon univers n’est pas le Sado Maso (SM) mais le DS (Domination/Soumission). Mes articles portent de la dentelle, sont martelés avec finesse et faits avec amour. La vibration SM ne correspondait pas à mes réalisations. J’aurais du y penser avant mais il n’est jamais trop tard pour bien faire !

Mon rêve ?… développer encore plus cette belle activité, agrandir mon atelier, pouvoir recevoir plus de monde dans mon petit show room et surtout…continuer à me faire plaisir ! C’est un beau sentiment ce qui se partage avec joie.

(Il y a comme des odeurs de philosophie… Concentre toi Sééna!)

S : Plaisir partagé ! Ce moment hors du temps, pour ma part, touche à sa fin. Tes réponses, pour te connaître, son franche, sincère et emprunte de réflexions à tout point de la ‘conso-action’.

Sans plus attendre, je dépose tes liens ici pour permettre à nos lecteurs d’aller te découvrir sur ton site internet et/ou de prendre contact avec toi via ta boite mail ou encore de te suivre sur Facebook (paolo.descordes et Caressedecuir).

Une conclusion ?

P : Cord-ialement

(Il n’y a que ma bouche en coin qui peut répondre à ce genre de pirouette…)

Photo : Ressan

In this article

Join the Conversation